Maison squattée : l’enfer et la crainte des propriétaires

maison squattée

Être propriétaire d’un ou de plusieurs biens immobiliers n’est pas de tout repos. Si vous avez fait le choix de louer votre logement, le risque de tomber sur des locataires malhonnêtes existe. Même en ayant conscience des risques et en prenant les dispositions nécessaires pour les limiter, il peut arriver de se retrouver avec un logement sous l’emprise d’un squatteur.

C’est le nouveau fléau que craignent les propriétaire : le squatteur. Source d’inquiétudes et de perte de revenus, avoir une maison squattée est un combat de longue haleine à mener. La présence d’un squatteur implique souvent des dommages matériaux et un logement rendu inhabitable ou presque. Mais, il existe des solutions pour en finir avec un squat de logement et enfin retrouver sa maison squattée à son état initial.

Comment faire face à un squatteur ? Quels sont vos droits ?

La première chose à faire lorsque vous apprenez que votre maison est squattée
est de réagir vite mais jamais dans la colère. Cela semble illogique mais il va pourtant falloir vous préparer à prouver que c’est bien votre logement. Dans des batailles juridiques comme celle qui vous attend, les documents administratifs sont essentiels pour prouver votre bonne foi. Pour obtenir l’explosion de squatteurs, il faudra porter plainte pour violation de domicile auprès de la gendarmerie ou d’un commissariat de police. Un officier de police judiciaire devra constater que le logement est squatté.

La deuxième solution est de passer par la justice et donc d’engager un avocat. Dans ce cas, il sera demandé au juge d’ordonner l’expulsion des squatteurs et de demander une indemnisation pour le préjudice subi. Il sera là aussi nécessaire de fournir des documents attestant que vous êtes bien le propriétaire du logement en question et de faire constater par un huissier la présence de squatteurs dans votre logement.

Si la situation persiste et que, malgré les moyens mis en place, les squatteurs ne délogent pas, il faudra aller plus loin et ne pas abandonner. Un huissier peut demander à la préfecture le recours à la force publique pour une expulsion.
Vous l’aurez compris, quel que soit le recours choisi pour se débarrasser de cette situation pénible, cela prendra du temps.

Quels recours possibles lorsque son logement est squatté ?

Si vous vous retrouvez dans cette situation très complexe où un squatteur a pris possession de votre logement et ne veut pas en partir malgré les demandes faites, ne désespérez pas, d’autres solutions existent.
Si vous n’avez pas le temps ni la volonté d’entamer des procédures, nous vous proposons le rachat de la maison squattée. Grâce à cette alternative, nous nous chargeons de régler le problème du squat. Vous n’aurez plus rien à faire, ni procédure pour expulser les squatteurs, ni remise en état du logement. Il ne vous restera plus qu’à vendre votre bien en l’état.

Posséder une maison squattée vous met dans une position délicate où les solutions envisageables semblent toutes infructueuses. Le recours en justice prend beaucoup de temps, la demande d’expulsion peut être ignorée, vous ne pouvez plus vendre ou louer votre logement et perdez donc de l’argent, vous êtes dans l’impasse. Pourtant, nous vous apportons une solution concrète avec le rachat de votre logement squatté. Nous évaluons la valeur de votre logement et vous proposons un prix de rachat, nous sommes votre seul interlocuteur et vous n’aurez plus à vous soucier de la présence de suqatteurs.

Acheter une maison à Perpignan
Annonces de maisons et appartements en vente à Bordeaux-Caudéran